L’envers du décor

 

On a perdu mais on va peut-être nous aider à gagner!

L'image “http://www.kokopelli.asso.fr/images/site-2007/bandeau-mail.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

 

Les récentes condamnations de l’association Kokopelli, pour ventes de semences non inscrites au catalogue officiel, ne sont pas passées inaperçues. Lors du controversé débat sur le projet de loi OGM, au Sénat, le nom de cette association a été cité à plusieurs reprises par quelques Sénateurs se prononçant en faveur d’une solution pour remédier à sa situation.

L’Association Kokopelli prend bonne note des déclarations et des promesses de Madame Nathalie Kosciusko-Morisset, Secrétaire d’Etat à l’écologie (qui vient d’ailleurs de déclarer sur France-Inter qu’elle était cliente de Kokopelli). Nous osons espérer qu’elles seront suivies de mesures concrètes nous permettant de continuer le travail que nous effectuons depuis une quinzaine d’années, à savoir la protection d’une biodiversité alimentaire qui n’est pas virtuelle et en chambre froide (dans des congélateurs ou dans le permafrost Norvégien) mais qui est accessible à tous, jardiniers, maraîchers et agriculteurs.

En ce qui concerne le procès qui nous est intenté par la Société Baumaux, nous allons faire appel de ce jugement pour le moins surprenant puisque l’Association Kokopelli a été quand même condamnée à payer des pénalités pour concurrence déloyale alors que Monsieur Philippe Baumaux a été débouté de quasiment toutes ses demandes, dont sa requête de fermeture de notre association!

En ce qui concerne le procès que nous venons de perdre en Cour de Cassation, contre la FNPSP et le GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences), nous demandons à l’Etat Français de bénéficier d’une amnistie sur les pénalités et les frais générés par la condamnation qui sont d’environ 20 000 euros. La très bonne surprise du jugement en Cassation aura été que le GNIS a été débouté de toutes ses demandes: le GNIS a donc perdu contre Kokopelli!!!

Rappelons que le GNIS, sous l’égide du Ministère de l’Agriculture, nous harcelait depuis de très longues années! Cela signifie que c’est la FNPSP qui a obtenu du tribunal une confirmation de notre condamnation à hauteur de 5000 euros pour elle-même (et donc de 20 000 euros pour l’Etat); rappelons que cette fédération des sociétés de la semence potagère regroupe des petites maisons semencières mais aussi et surtout les grandes multinationales qui ont pris l’agriculture et les agriculteurs en otage: Limagrain, Syngenta (le grand ténor de l’agriculture toxique) et Monsanto, le n° 1 mondial de la semence sous tous aspects et le n°1 mondial de la semences potagère.

Quelle est donc la valeur d’un Catalogue National qui répertorie des variétés OGM qui ne sont pas autorisées à la culture et qui, de plus, répertorie des variétés anciennes, réservées à l’usage amateur, distribuées illégalement par les chaînes de supermarchés? Quels sont donc les attributs et prérogatives du GNIS qui s’est vu débouter en Cour de Cassation parce qu’il n’était pas autorisé statutairement à poursuivre en justice l’Association Kokopelli? Les finalités du GNIS ne seraient-elles pas tout simplement d’aider leurs amis des multinationales semencières à acquérir le monopole total sur la semence et à confisquer intégralement le vivant?

Nous renvoyons tous ceux qui seraient intéressés par ce sujet à l’article de Dominique Guillet: « Le Catalogue National, une nuisance agricole de plus? »

Nous vous remercions de nouveau pour votre confiance et votre soutien.

Dans : agriculture
Par manu
Le 10 février, 2008
A 12:32
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

SpotReport44 |
Actualités et Sondage |
Twist à Saint-Brieuc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | meteojerem
| La Fontaine de Maintenon
| High-TecK™